Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 43 – 9 au 15 juin 2021

Lévitique 19, 18

Ne vous vengez pas et ne gardez pas de rancune contre vos compatriotes. Chacun de vous doit aimer son prochain comme lui-même. Je suis le Seigneur.

1 Jean 4, 10-11

Et l’amour consiste en ceci : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés ; il a envoyé son Fils qui s’est offert en sacrifice pour le pardon de nos péchés. Mes chers amis, si c’est ainsi que Dieu nous a aimés, nous devons, nous aussi, nous aimer les uns les autres.

Paroles

            Nous franchissons une nouvelle étape dans le déconfinement et retrouvons davantage de liberté. Mais cette liberté retrouvée ne doit pas nous faire oublier la prudence. Elle est une façon bien concrète de manifester l’amour pour notre prochain, ainsi que nous y invitons les deux paroles qui nous accompagnent ces jours.

            L’apôtre Jean nous rappelle l’essentiel : quel est le fondement de l’amour du prochain. C’est l’amour de Dieu pour nous, manifesté en Jésus-Christ qui a donné sa vie pour nous. Il nous offre le pardon. Ce pardon nous délivre aussi de la culpabilité qui peut fausser notre capacité d’aimer et de servir les autres en prenant la forme d’une œuvre pour nous justifier, ou nous prouver que nous valons quelque chose. Dieu nous apprend que l’amour se traduit par le don, le don de soi. Le Lévitique nous indique clairement que nous devons aimer notre prochain parce que Dieu est le Seigneur. Et comme le dit Jean, Dieu est amour.

            Aimer Dieu, c’est mettre en pratique ses commandements, et donc aimer son prochain. C’est-à-dire être attentif à lui, savoir l’écouter, l’encourager, le soutenir. C’est encore partager, donner du temps. C’est être juste dans nos rapports économiques, sociaux. C’est pardonner et ne pas cultiver la rancœur, l’amertume. C’est aussi savoir sortir de sa bulle et accueillir l’autre tel qu’il est. La crise sanitaire nous a montré combien nous sommes fragiles, et nous invite à beaucoup d’humilité face à Dieu, face à nous-mêmes, et face aux autres, nos prochains. Alors que nous retrouvons peu à peu une vie « normale » et que nous entrons dans cette vie d’après tant annoncée, où tout doit changer, c’est le moment de vivre cet amour dans le concret de nos vies, de sortir de nos égoïsmes et de nos prétentions pour « revêtir les sentiments qui étaient en Jésus-Christ qui n’a pas considéré comme une proie à arracher d’être l’égal de Dieu, mais a renoncé à tout ce qu’il avait et a pris la condition de serviteur. Il est devenu semblable aux hommes, il a accepté de vivre dans l’humilité et s’est montré obéissant jusqu’à la mort. C’est pourquoi Dieu l’a élevé …». Il s’agit pour nous d’être vrais, conséquents avec notre foi et de nous mettre à aimer non seulement en paroles, mais aussi en actes. Un beau et grand défi à relever !

Pour la lecture suivie de la Bible cette semaine :

Mercredi 9 :     Actes 7, 50-53                       Dimanche 13 : Psaume 13

Jeudi 10 :         Actes 7, 54 – 8, 3                   Lundi 14 :             Actes 9, 1-9   

Vendredi 11 :  Actes 8, 4-25                         Mardi 15 :             Actes 9, 10-19a

Samedi 12 :     Actes 8, 26-40

Pensons dans notre prière

  • aux acteurs de la santé, en particulier aux personnels soignants
  • aux malades, à leurs familles et aux personnes en deuil
  • à nos familles et à nos amis
  • à ceux qui sont pris dans l’alcool, la drogue, le jeu…) et à ceux qui les aident à en sortir
  • aux victimes de violence et à celles et ceux qui les accompagnent et leur viennent en aide
  • à celles et ceux qui assurent notre sécurité
  • à tous les acteurs de la justice

Pensons aussi au Mexique, au Chili, au Brésil, à l’Irak, à la Syrie, à la Mauritanie, au Sénégal, à la Nouvelle Calédonie.