Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 36 – 21 au 27 avril 2021

Ezéchiel 34, 31

« Oui, vous les membres de mon troupeau, vous êtes des hommes dont je prends soin, car je suis votre Dieu. Je l’affirme, moi, le Seigneur Dieu. »

Jean 10, 4 ; 14-15

Jésus dit : « Quand le berger a fait sortir toutes les brebis, il marche devant elles et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix… » « Je suis le bon berger. Je connais mes brebis et elles me connaissent, de même que le Père me connaît et que je connais le Père. Et je donne ma vie pour mes brebis. »

Paroles

Au cœur de la crise dans laquelle nous sommes plongés et qui n’en finit pas, nous pouvons nous sentir découragés, perdus ; troublés aussi par les informations souvent contradictoires qui circulent. Peut-être nous sentons-nous parfois un peu comme un troupeau sans berger, ou ne sachant pas à quel berger se vouer… Dans cette situation, la parole du prophète Ézéchiel est une formidable source de consolation et d’espérance.

Après avoir critiqué les bergers, à savoir les chefs politiques et religieux d’Israël pour leur manque d’attention et de soin au troupeau qui leur était confié, Ézéchiel annonce que Dieu interviendra lui-même et qu’Il sera, lui, le bon berger pour son peuple. Car nous sommes des humains qu’il aime et il prend soin de nous. Il se soucie de nous. C’est Lui qui nous conduit, il est venu en Jésus-Christ et il nous guide, il nous permet de trouver du sens à nos vies, même dans ces périodes troublées. Nous sommes entre les mains de Dieu… que peut-il y avoir de plus sécurisant et apaisant ?

Il vient pour fortifier les faibles, les encourager par cette parole souvent répétée dans la Bible : « Ne crains pas, c’est moi, je suis avec toi ». Il vient par sa Parole et sa présence secourir ceux qui sont désorientés, il partage nos difficultés, et « quand nous passons par la vallée obscure, la vallée de l’ombre de la mort, il nous accompagne, il nous défend, il nous rassure et nous soutient ». Il vient guérir nos cœurs blessés et inquiets. Il vient chercher la brebis perdue, celle qui s’est égarée et ne sait plus où elle en est. Jésus nous le dit : Il donne sa vie pour ses brebis. C’est le comble de l’amour, mais c’est aussi nous faire comprendre quelle valeur nous avons à ses yeux. Jamais on ne pourra mesurer tout l’amour de Dieu pour nous. Alors, à ce berger, je peux confier toute ma vie.

Mais Dieu nous confie aussi le soin de nos prochains. Il nous fait porteurs de cette bonne nouvelle, de sa Parole, porteurs de guérison, de sens, de vie et d’espérance. Pour aider chacun à être ou redevenir pleinement acteur de sa vie. Un défi à relever pour qu’ensemble, dans nos paroisses, Églises et communautés, nous posions des signes du Royaume et de la vie de Dieu qui rayonnent autour de nous. Et qu’ils donnent envie à tous de suivre le bon berger !

Lecture suivie de la Bible :

Mercredi 21 :  Colossiens 4, 7-18                Dimanche 25 : Psaume 19

Jeudi 22 :        Daniel 1, 1-21                       Lundi 26 :              Daniel 3, 1-30          

Vendredi 23 :  Daniel 2, 1-23                       Mardi 27 :              Daniel 5, 1-30

Samedi 24 :     Daniel 2, 24-49

Pensons dans notre prière

  • aux acteurs de la santé, en particulier aux personnels soignants
  • aux malades, en particulier ceux dont on reporte les opérations, à leurs familles
  • aux personnes âgées et aux personnes qui les accompagnent
  • aux aumôniers d’hôpitaux
  • aux jeunes en difficultés, aux acteurs de la prévention
  • aux habitants des quartiers dits difficiles,

Pensons aussi au Brésil, à la Guyane, à Cuba, au Nigéria, à l’Ethiopie, à l’Erythrée, au Tchad, à la Birmanie, à l’Inde