Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 32 – 9 au 16 février 2021

Passages de la bible

Esaïe 55, 6

Cherchez le Seigneur, maintenant qu’il se laisse trouver. Faites appel à Lui, maintenant qu’il est près de vous.

Marc 4, 3 ; 8

Jésus raconta cette parabole : « Ecoutez ! Un homme sortit pour semer… d’autres grains tombèrent dans la bonne terre ; les plantes poussèrent, se développèrent et produisirent des épis : les uns portaient trente grains, d’autre soixante et d’autres cent. »

Paroles

            Nous sommes tous en attente de la fin de cette pandémie, et de la possibilité de retrouver une vie plus « normale ». Mais peut-être peut on comprendre cette période comme un temps particulier où Dieu vient semer sa Parole. C’est ce à quoi nous invitent les deux textes qui nous accompagnent cette semaine.

            Le prophète Esaïe s’adresse au peuple qui va rentrer de l’exil et attend de voir se réaliser toutes les promesses de Dieu, mais ne voit pas en venir l’accomplissement. Cela fait écho à notre situation. Nous voyons des signes d’espoir, mais pas encore la fin de cette crise. C’est que peut-être nous avons encore des choses à comprendre et à apprendre. Esaïe nous y invite de façon pressante : « Cherchez le Seigneur ». Car inlassablement, le Seigneur sème la parole, l’Evangile, la bonne nouvelle, inlassablement, il nous appelle à le chercher.

            Chercher Dieu, c’est écouter attentivement sa parole et la mettre en pratique. C’est « se détourner de ses mauvaises voies » dit Esaïe, en prendre conscience et se repentir. C’est-à-dire demander pardon au Seigneur pour ses fautes et y renoncer pour marcher dans l’obéissance à sa Parole, pour nous conformer à la vie juste qu’il demande. Cela est valable pour chacun de nous individuellement, mais aussi collectivement. C’est cette Parole, cet appel que le Seigneur vient semer dans nos cœurs en ces temps troublés. Il s’agit alors de savoir si nous serons la bonne terre dont parle Jésus dans la parabole du semeur, Si nous répondrons à cet appel et en porterons les fruits, ou si nous nous laisserons interpeler, mais sans donner suite dans la durée, repris par les soucis de la vie, la course et l’agitation de notre mode de vie consumériste.

            Mais entendons la bonne nouvelle jusqu’à la fin : Dieu se laisse trouver. En Christ venu parmi nous, le Seigneur est venu nous trouver. Car Il est présent au milieu des circonstances que nous connaissons en ce moment. Puissions-nous vivre cette rencontre en profondeur et en porter tous les fruits. Ainsi nous deviendrons des porteurs d’espérance.

Suivie de la Bible cette semaine :

Mardi 9 :         Luc 8, 40-56               Samedi 13 :     Luc 9, 28-36

Mercredi 10:   Luc 9, 1-9                  Dimanche 14 :  Psaume 15

Jeudi 11 :        Luc 9, 10-17               Lundi 15 :        Luc 37-45

Vendredi 12 :  Luc 9, 18-27              Mardi 16 :        Luc 46-48

Pensons dans notre prière

– aux acteurs de la santé, en particulier au personnels soignants

– aux malades, à leurs familles, et aux personnes en deuil

– aux responsables politiques et aux élus au niveau national, régional, local

– à celles et ceux qui travaillent à la protection de l’environnement et de la biodiversité

– à celles et ceux qui sont sans domicile et aux personnes qui leur viennent en aide

– aux paroisses et aux Eglises, à celles et ceux qui y exercent des ministères

– à nos familles

Pensons aussi à l’Afrique du Sud, au Brésil, à Israël, à la Palestine, au Liban, au Mexique, au Portugal.