Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 29 – 19 au 26 janvier 2021

Passages de la bible

Dieu dit à Moïse : « Quand ma gloire passera, je te mettrai dans le creux du rocher. De ma main, je t’abriterai tant que je passerai. Puis je retirerai ma main, et tu me verras de dos, mais ma face ne pourra pas être vue. »

Exode 33, 22-23

Jésus fit le premier signe, à Cana en Galilée ; il fit apparaître ainsi sa gloire, et ses disciples crurent en Lui. 

Jean 2, 11

 Paroles

Les deux paroles qui nous accompagnent ces jours nous parlent de la gloire de Dieu. Cela semble bien loin de nos préoccupations du moment. Et pourtant, combien nous aussi, comme Moïse, nous aimerions voir la gloire de Dieu, voir Dieu se manifester avec puissance, et pourquoi pas, mettre fin à cette pandémie.

            Moïse avait demandé à Dieu de lui faire voir sa gloire, autrement dit, de la voir face à face. La réponse de Dieu nous place devant la réalité de ce qu’est la gloire de Dieu : elle est liée à sa puissance, à sa sainteté, à sa grandeur, car la gloire, c’est ce qui a du poids et devant Dieu, nous ne faisons pas le poids. Mais Dieu accède d’une autre manière à la demande de Moïse : il le verra de dos, quand il sera passé. Ce que nous pouvons voir de Dieu, ce sont les traces de sa miséricorde, de sa bienveillance lorsqu’il croise nos routes.

            Et c’est ce qu’il fait en Jésus-Christ. L’évangile de Jean nous raconte le miracle des noces de Cana. Un mariage dont la joie est ternie par le manque de vin. Jésus change l’eau  en vin, le meilleur, pour le plus grand bonheur de tous. Jean explique que c’est le premier signe opéré par Jésus, et qu’il manifeste sa gloire. Voilà notre attente de voir la gloire de Dieu comblée : nous la voyons en Jésus-Christ qui nous révèle le Père. Mais Jésus précise que sa gloire se manifestera pleinement à la croix ; car la croix est l’expression suprême de l’amour de Dieu pour nous. A la croix, le Seigneur nous rejoint dans la fragilité de notre humanité.

            La crise que nous traversons est venue assombrir la vie parfois insouciante de nos sociétés. Nous aspirons à retrouver la joie. Mais il faut que « l’eau fade » de notre mode de vie pris dans la surconsommation soit changée en « vin » qui apporte la joie, autrement dit, il nous faut vraiment changer de comportement. Le Seigneur nous appelle à croire en lui, à lire, ou relire la marque de ces passages dans nos vies, dans notre histoire, et à lui faire confiance. Il nous appelle à le suivre sur le chemin de l’amour du prochain, du partage, de la solidarité, de la reconnaissance, du don de soi. A manifester par des signes la vie du Règne de Dieu autour de nous !

Suivie de la Bible :

Mardi 19 :       Luc 6, 1-5                               Samedi 23 :       Luc 6, 27-35

Mercredi 20:   Luc 6, 6-11                            Dimanche 24 : Psaume 16

Jeudi 21 :        Luc 6, 12-16                           Lundi 25 :              Luc 6, 36-42

Vendredi 22 :  Luc 6, 17-26                          Mardi 26 :             Luc 6, 43-46

Pensons dans notre prière

  • aux acteurs de la santé, aux chercheurs, aux responsables de la santé publique
  • aux malades, à leurs familles et aux personnes en deuil
  • aux acteurs de la culture et du tourisme inquiets pour leur avenir
  • aux responsables politiques, économiques et de la santé
  • aux élèves et étudiants ; et leurs enseignants
  • à celles et ceux qui travaillent auprès des jeunes, aux organismes et associations de jeunesse
  • à nos familles et nos amis

Pensons aussi à la Chine, à la Corée du Sud, au Japon, à l’Afrique du Sud, au Nigéria, à la Guadeloupe, la Martinique, la Guyane.