Aller au contenu

4ème dimanche de l’Avent

Pour ceux qui ne pourraient pas ou ne voudraient pas venir au culte, voici quelques textes pour vous accompagner pour ce quatrième dimanche de l’Avent. Bientôt Noël !
Je vous souhaite de pouvoir déposer vos soucis dans la prière et de trouver auprès de Dieu force et espérance ! Vous souhaitant un temps de l’Avent paisible et béni ! Claire de Lattre-Duchet, pasteure

4ème dimanche de l’Avent
20 décembre 2020

Nous allumons quatre bougies et nous nous réjouissons car le Seigneur est proche. Déjà des signes annoncent sa venue, des paroles proclament sa proximité. Réjouissons-nous !

©Pixabay

Lire la bible : Évangile selon Luc 1/57 à 66
Le moment arriva où Élisabeth devait accoucher et elle mit au monde un fils. Ses voisins et les membres de sa parenté apprirent que le Seigneur lui avait donné cette grande preuve de sa bonté et ils s’en réjouissaient avec elle. Le huitième jour après la naissance, ils vinrent pour circoncire l’enfant; ils voulaient lui donner le nom de son père, Zacharie. Mais sa mère déclara : « Non, il s’appellera Jean. » Ils lui dirent : « Mais, personne dans ta famille ne porte ce nom! » Alors, ils demandèrent par geste à son père comment il voulait qu’on nomme son enfant. Zacharie fit porter une tablette à écrire et il y inscrivit ces mots : « Jean est bien son nom. » Ils s’en étonnèrent tous. Aussitôt, Zacharie put de nouveau parler : il se mit à louer Dieu à haute voix. Alors, tous les voisins éprouvèrent de la crainte, et dans toute la région montagneuse de Judée l’on se racontait ces évènements. Tous ceux qui en entendaient parler se mettaient à y réfléchir et se demandaient : « Que deviendra donc ce petit enfant? » La puissance du Seigneur était en effet sur lui. »

Réfléchir :
Tout est prêt.
Le peuple a été prévenu depuis longtemps par les prophètes.
La jeune fille est enceinte et déjà, l’astre à l’orient va se lever…
Le précurseur, Jean-Baptiste, celui qui doit préparer le chemin du Messie est venu au monde. Bientôt, il appellera le peuple à tourner son cœur vers le Seigneur.
Tout est prêt. Et nous, sommes-nous prêts à accueillir le Christ dans notre cœur et dans notre vie ?

Prier :
Pour t’accueillir, Seigneur, il n’y a rien d’extraordinaire à faire : te faire confiance, se savoir aimé de toi et t’aimer, vouloir vivre selon ta volonté, ouvrir ses mains et son cœur pour recevoir et donner…
C’est à la fois si simple et si compliqué !
Comme Jean-Baptiste a préparé ta route, Seigneur, prépare-nous à t’accueillir : Que ta parole abaisse les montagnes et les collines de nos préoccupations, que ta présence comble les vallées de nos peurs, que ta tendresse fasse fleurir les déserts de nos chagrins.
Alors, nous serons prêts(-es) et Noël fera sens ! Amen !