Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 23 – 2 au 9 décembre 2020

Passages de la Bible

Éclate de joie, Jérusalem ! Crie de bonheur, ville de Sion ! Regarde, ton roi vient à toi, juste et victorieux, humble et monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.

Zacharie 9, 9

De même, vous êtes dans la peine, vous aussi, maintenant ; mais je vous reverrai, alors votre cœur se réjouira, et votre joie, personne ne peut vous l’enlever.

Jean 16, 22

Paroles

   Nous voici entrés dans ce temps de l’Avent à la tonalité si particulière. Nous nous sentons pris entre les inquiétudes et les incertitudes, et l’impatience et les préparatifs de Noël. Les deux paroles qui nous accompagnent en ce début d’Avent nous invitent à la joie dans cette période qui nous traversons.

            Ces appels à la joie ont retenti dans des situations difficiles. Zacharie s’adresse à une Jérusalem menacée, à reconstruire. Jésus s’adresse à ses disciples tristes à cause de l’annonce de sa mort et de son départ. Tous ont un horizon bouché, qui semble bien peu porteur d’avenir et d’espérance. Un peu comme la période que nous traversons. Mais si nous pouvons nous réjouir, c’est qu’il y a une espérance.

            Cette espérance, c’est que le Seigneur vient. Au lieu de rester les yeux fixés sur la situation que nous vivons, nous sommes invités à regarder le «  roi qui vient ! » Il est celui avec qui nous sommes en communion, celui qui tient tout dans sa main, qui vient apporter un règne de paix et de justice. C’est le Christ ressuscité qui vient habiter en nous par son Esprit, et qui reviendra établir son règne de justice. Il vient pour mettre sa paix en nous. Noël nous rappelle qu’il est venu. L’Avent nous annonce qu’Il reviendra, qu’Il vient pour nous combler de son amour et de sa présence. Telle est la joie du temps de l’Avent.

            Cette joie à laquelle nous sommes appelés ne ferme pas les yeux sur les difficultés de ceux qui nous entourent. C’est la joie en Christ, dans le Seigneur, dans sa présence, dans sa venue, dans son action. Nous pouvons faire nôtre cette prière : « C’est l’Avent, ce cher temps de l’Avent ! Et quand je regarde tout au fond de mon cœur, je trouve bien de la joie, Seigneur. Oh je ne veux pas les oublier ceux qui ne peuvent plus respirer, tous les endeuillés, ceux qui sont ruinés, tous les découragés. Je les porte toujours dans mon cœur. Et je te les remets Seigneur. Mais c’est l’Avent, ce cher temps de l’Avent ! Toi, tu viens partager nos fragilités, habiter nos obscurités. Tu viens nous consoler, nous relever, nous donner un avenir à espérer. Alors oui Seigneur, il y a de la joie dans mon cœur ! Au début de cet Avent si différent, je veux simplement te louer, Toi qui viens tout changer ! » (Sophie Letsch)

Et cette joie, nous sommes invités à la vivre et à la faire rayonner autour de nous !

La lecture suivie de la Bible 

Mercredi 2 :    Esaïe 59, 1-15a                      Dimanche 6 :        Psaume 58, 1-19

Jeudi 3 :          Esaïe 59, 15b-21                    Lundi 7 :             Esaïe 61, 1-11

Vendredi 4 :    Esaïe 60, 1-14                         Mardi 8 :             Esaïe 62, 1-12

Samedi 5 :      Esaïe 60, 15-22                      Mercredi 9 :           Esaïe 63, 1-6  

Pensons dans notre prière

  • aux acteurs de la santé, aux chercheurs, aux responsables de la santé publique
  • aux malades, à leurs familles et aux personnes en deuil
  • aux associations et à celles et ceux qui viennent en aide aux personnes démunies
  • aux réfugiés et aux personnes déplacées, en particulier en Afrique, en raison des conflits et des guerres, et à celles et ceux qui leur viennent en aide
  • aux associations et à celles et ceux qui luttent pour le respect des Droits de l’Homme
  • aux journalistes

Pensons aussi au Cameroun, au Sénégal, au Tchad, à l’Algérie, à Haïti, à Cuba, à la Jamaïque.