Aller au contenu

Une parole pour cette semaine 12 : 7-14 septembre 2020

Maintenant, je t’en prie, [dit Moïse], si j’ai trouvé grâce à tes yeux, fais-moi connaître tes voies ; alors je te connaîtrai et je trouverai ainsi grâce à tes yeux. Dieu répondit : J’irai moi-même avec toi et je t’accorderai le repos.

Exode 33, 13-14

Jésus dit : « Celui qui entre par la porte est le berger des moutons. C’est pour lui que le gardien ouvre la porte ; les moutons entendent sa voix ; il appelle ses propres moutons par leur nom et les mène dehors. Lorsqu’il les a tous fait sortir, il marche devant eux ; et les moutons le suivent, parce qu’ils connaissent sa voix… je suis le bon berger. »

Jean 10, 2-4

Une nouvelle année d’activités a commencé, nous nous sommes remis en route. Mais le chemin est plein d’inconnus et d’incertitudes, en particulier en raison de la crise sanitaire. Les deux paroles qui nous accompagnent cette semaine nous invitent à avancer sur le chemin avec confiance et dans la paix, parce que nous avons un guide sûr, le Seigneur, le bon berger.

Il nous indique la voie à suivre au milieu de la multitude de chemins qui nous sont proposés aujourd’hui. Il nous parle par sa Parole, nous appelle à écouter sa voix, à apprendre à la connaître et à le suivre en toute confiance. Cette voix, nous l’entendons, nous apprenons à la connaître quand nous lisons la Bible, quand nous prions, seuls et en communauté. C’est cultiver notre vie spirituelle et vivre le premier commandement : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, de toute ta pensée. »

Mais sur ce chemin, nous faisons des rencontres. Jésus a raconté l’histoire d’un homme agressé par des brigands et laissé pour mort sur le chemin. Les religieux qui passaient par là ne se sont pas arrêtés, ils ne se sont pas laissés déranger et sont restés enfermés dans leur agenda. C’est un Samaritain, mal aimé des Juifs, qui s’arrête et prend le temps de s’occuper de cet homme blessé. Il se laisse déranger et bousculer dans son agenda. Il en est de même sur nos chemins où nous rencontrons des blessés de la vie. Il s’agit alors de savoir se laisser bousculer, de sortir de nos égoïsmes, de nos bulles, pour rencontrer l’autre en vérité. Et cheminer avec lui. C’est obéir au deuxième commandement : « tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Ainsi, nous marcherons à la suite du Christ, et nous serons témoin, porteur et acteurs de son amour pour tous les hommes.

Pour la lecture suivie de la Bible cette semaine :

Lundi 7 :         2 Corinthiens 1, 1-11 Vendredi 11 : 2 Corinthiens     3, 1-11

Mardi 8 :         2 Corinthiens 1, 12-24           Samedi 12 :      2 Corinthiens 3, 12-18

Mercredi 9 :    2 Corinthiens 2, 1-11 Dimanche 13 : Psaume 146

Jeudi 10 :        2 Corinthiens 2, 12-17           Lundi 14 : 2 Corinthiens 4, 1-6

Pensons dans notre prière

  • aux acteurs de la santé, aux chercheurs, à la recherche de traitements et de vaccins, contre le virus, mais aussi contre les autres maladies
  • aux malades, à leurs familles et aux personnes en deuil
  • aux responsables d’entreprise et aux salariés, en particulier des secteurs les plus touchés par la crise
  • aux responsables politiques, sociaux, économiques, à toutes nos autorités
  • aux Eglises, paroisses et communautés et à leur témoignage dans cette période,
  • aux œuvres missionnaires et diaconales, comme le DEFAP, l’ACO, La SEMIS, la CIMADE, le CASAS

Pensons aussi au Mali, au Mozambique, à l’Afrique du Sud, aux Dom-Tom, en particulier Tahiti, La Réunion, la Martinique et la Guadeloupe