Aller au contenu

Une parole pour ce jour 49 – Vendredi 22 mai 2020

« Reviens, SEIGNEUR ! Jusqu’à quand… ? Aie pitié de nous, tes serviteurs. » 

Psaume 90, 13

« Bénissons Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père riche en bonté, le Dieu qui accorde le réconfort en toute occasion ! Il nous console dans toutes nos détresses, afin que nous puissions réconforter ceux qui passent par toutes sortes de détresses, en leur apportant la consolation que nous avons nous-mêmes reçue de lui. »

2 Corinthiens 1, 3-4

La crise sanitaire dure, et se prolonge. Avec son lot d’incertitudes, d’inquiétudes, d’hésitations, de difficultés. Voici deux textes qui font écho à ces inquiétudes et à la question que nous nous posons peut-être : Jusqu’à quand … ?

Jusqu’à quand ? C’est le cri de celui ou celle qui souffre et ne voit pas d’issue. L’interrogation de celui ou celle qui est inquiet, dans l’incertitude et ne voit pas de solution. C’est la question de celui qui attend sans avoir de réponse. Le cri de l’impatience, de la lassitude, de la solitude. C’est peut-être aussi notre soupir face à la crise sanitaire. Mais c’est aussi l’appel de celui ou celle qui se tourne vers le Seigneur avec confiance, même s’il a le sentiment que Dieu tarde à agir.

En Jésus-Christ, Dieu nous assure de sa présence, Il ne nous laisse pas seuls et livrés à nous mêmes. Il est venu et vient encore. Il est le Dieu de toute consolation, de tout réconfort. Il nous manifeste sa présence par sa Parole de vie, de paix, par la prière, mais aussi par tous les signes d’amitié et d’encouragement que nous pouvons recevoir ; ou encore par ce petit bonheur qui est venu illuminer notre quotidien un peu terne. « Je ne vous laisse pas orphelins », dit le Seigneur, « je vous enverrai le Consolateur, l’Esprit saint. » « Je serai toujours avec vous ». Son réconfort est un appel à la confiance en Lui, à la persévérance. Il nous permet de tenir bon jour après jour. Et de réconforter et encourager à notre tour ceux qui nous entourent.

             Nous pouvons prier avec les mots de ce chant : « En toi, Seigneur, est notre espoir. Que ta Parole soit notre pain, Que ton Esprit nous garde unis, Pour te servir, ô Jésus-Christ !

En toi, Seigneur, est notre foi : Dans la tempête de notre temps, Tu nous apprends à te chercher, Et tu nous donnes un cœur nouveau. »

Pour la lecture suivie de la Bible :

1 Timothée 5, 17-25

Pensons dans notre prière

  • aux soignants, aux acteurs de la santé, aux chercheurs
  • aux malades, ceux qui sont en convalescence ou en rééducation, à leurs familles et aux personnes en deuil
  • aux agriculteurs, à celles et ceux qui assurent notre approvisionnement
  • Aux Eglises, en particulier à celles qui vivent sous la menace de persécutions
  • à notre paroisse
  • à celles et ceux qui ont un ministère, à celles et ceux qui se préparent et se forment pour un ministère, aux étudiants en théologie

Pensons aussi à l’Amérique centrale, en particulier au Panama, au Nicaragua, au Mexique.