Aller au contenu

Petite divagation autour du masque…

Petite divagation autour du masque

Bientôt chacun et chacune de nous aura son propre ou ses propres masques de tissu dans sa garde-robe.

Curieuse dénomination que ce « Garde-robe » ! Autant, d’avis général, un « Garde-manger » alimente tant la gente masculine que féminine, autant le terme « Garde-robe » semble évincer les hommes…loin de moi l’idée de porter atteinte à votre masculinité, rassurez-vous, Messieurs, vous aussi, vous aurez vos masques ; peut-être tout autant coordonnés à vos chemises et autres t-shirts, voire même coordonnés à vos chaussettes ! De beaux masques de différents coloris et de différents motifs qui trôneront fièrement parmi vos cravates, nœuds-papillons et autres accessoires ! Nous en prenons le chemin.

Un masque, des masques…bientôt accessoires de mode… qui aurait imaginé pareille chose voilà quelques mois ? Mascarade ? Pas le moins du monde…et sûrement pas du fait de Mascate, capitale d’Oman !

Au risque de me démasquer, permettez-moi de vous dire combien je cherche un sens à cette affaire.

Pendant la formation de pasteurs, nous avons droit à des cours magistraux pour apprendre à bien poser nos voix, articuler, nous faire comprendre au mieux, comme les étudiants en droit qui se destinent à être avocats…..l’exercice sera somme toute périlleux avec un masque sur la bouche, mais je relève le défi ! Quitte à poser du mascara autour de mes yeux pour détourner la difficulté ; à défaut de voir ma bouche, on verra mieux mes regards convaincants…qui sait ?

Un masque…pourquoi ? « Parce que c’est plus sûr ! », me direz-vous.

La peur de la contagion gagne tout le monde…. Et puis après ? Oui, des gens meurent tous les jours, mais n’est-ce pas la finalité de l’homme ? Sans dramatiser, gardons-nous néanmoins de banaliser. Que pourrait-il nous arriver de pire ? la mort ? Elle est déjà devant nous, mais en Jésus-Christ, elle est aussi derrière nous !

Bas les masques ! Avec ou sans (masque), l’être humain est semblable à lui-même, capable d’envisager une vie la plus sereine possible, mais en appréhendant sa finitude. Nous sommes bien peu de choses et nous mesurons davantage encore dans une telle situation de pandémie, combien nous sommes bien petits, éphémères, mis à terre par un ennemi invisible, presque insignifiant.  Et je ne vous parle pas de la Toute-puissance de Dieu qui nous aime plus que tout…Soyons humbles, vivons de l’amour qui nous est donné, nourrissons-nous de cet amour qui nous construit et nous lie, nous unit les uns aux autres comme le mascarpone dans le tiramisu.

Que le masque ne dépose pas en nous la suspicion de notre prochain comme s’il était une menace, mais au contraire, ayons à l’esprit qu’il nous est une aide pour mieux protéger notre prochain !

Et que notre Père céleste qui sait reconnaître tous ses enfants, qu’ils soient ou non masqués, nous garde précieusement !

                                                                                                              Caroline KECK